La Communication Non Violente : guide pratique

Comment réussir à s’affirmer sans écraser l’autre ? Comment écouter sans se négliger soi-même ?  La communication non violente (CNV) facilite la résolution de conflits et permet un échange où les besoins de chacun sont respectés. Pour y parvenir, elle s’appuie sur la bienveillance à la fois envers soi-même et envers les autres.

 

Communiquer en se respectant mutuellement

Lors d’une conversation, on a parfois tendance à émettre un jugement, que ce soit sous forme verbale (« tu agis mal »…) ou non verbale (croiser les bras, faire de grands gestes…). Ceci met l’autre sur la défensive et ferme le dialogue. Collaborer ou résoudre un conflit peut être mis à mal lorsqu’un des interlocuteurs d’une conversation se sent critiqué, et ce même si la critique est bien fondée. Critiquer, ruminer, râler ou fulminer gaspille également une énergie considérable et est peu productif… La relation gagnera en qualité et sera plus paisible si les besoins de part et d’autres sont respectés. L’utilisation d’une communication non violente permettra alors d’éliminer ces pensées qui jugent ou accusent (aussi bien soi-même que les autres).

La communication non violente vise ainsi la compréhension et le respect mutuel. Cette technique de communication donne de l’importance à ce que chacun vit et ressent au moment de l’échange. Elle permet de se faire entendre sans agresser. La CNV repose donc avant tout sur la bienveillance envers soi-même et envers les autres. Elle développe la capacité d’exprimer ce que l’on vit et ce à quoi on aspire, sans jugement, sans reproche et sans agressivité.

La technique de la communication non violente fonctionne en 4 étapes

  • l’observation des faits
  • l’expression de ses sentiments
  • l’expression de ses besoins
  • la formulation d’une demande concrète

Illustration :

Lorsque tu laisses ton assiette sale sur la table de la cuisine après ton repas [observation], je suis de mauvaise humeur [expression] car j’ai besoin de plus d’ordre dans les pièces où nous vivons [besoin précisé]. Pourrais−tu, s’il te plaît, débarrasser ton assiette et tes couverts, et les mettre directement dans le lave-vaisselle ? [demande concrète].

La communication non violente n’est pas « naturelle », elle demande un apprentissage et pas mal de pratique. On retiendra également que deux prérequis sont toujours nécessaires : s’exprimer honnêtement et écouter l’autre de façon respectueuse. Mais, grâce à cette technique, vous acquerrez davantage d’estime de vous, de confiance en vous et de bienveillance. Elle vous donnera le goût de la coopération et vous donnera davantage de crédibilité vis-à-vis de votre interlocuteur.

Si vous souhaitez vous exercer :

Pensez à une difficulté que vous vivez ou avez vécue avec quelqu’un :

  • Décrivez la situation (je constate que…)
  • Pointez un ou deux sentiments que vous avez ressentis lors de cette interaction ( Quand tu as agi/réagi comme cela, je me suis senti … »)
  • Exprimez un ou deux besoins non satisfaits en lien avec ces émotions (« …parce qu’à ce moment-là  j’avais besoin de… »)
  • Décrivez l’action (la plus concrète possible) que l’autre pourrait entreprendre pour tenir compte de vos besoins (« …et dorénavant, serais-tu d’accord de … »)