La créativité au service de votre bien-être

D’emblée, il est surprenant de penser que notre esprit créatif puisse influencer notre bien-être ... En quoi notre "créativité" peut-elle en effet rimer avec "santé" ?

Pour de nombreuses personnes, la créativité fait référence à tout ce qui touche au domaine de l’art, de ce qui est produit de manière artistique. Or, la créativité, chaque être humain en est doté. Du moins, l’enfant qui vient au monde est rempli d’un potentiel créatif. C’est souvent en grandissant, à cause du regard porté sur lui et du poids du jugement qu’il perd cette part de créativité, et par la même occasion sa spontanéité. La bonne nouvelle, c’est que tout ce qui est enfoui en nous peut remonter à la surface…

Développer et/ou se reconnecter à sa créativité, c’est bon pour la santé dans le sens où cette créativité va nous enrichir à de nombreux niveaux :

  •  nous apprendre à être dans l’instant présent ;
  •  nous libérer du stress ;
  •  vider notre mental ;
  •  calmer notre petite voix intérieure ;
  •  permettre l’expression de nos émotions ;
  •  nous reconnecter à d’autres modes d’expression que le langage verbal ;
  •  retrouver notre capacité d’émerveillement.

Et bien sûr, développer sa créativité, c’est aussi trouver des solutions pour faire face aux difficultés, aux obstacles que nous rencontrons dans notre vie. Nous l’entendons souvent, une bonne santé passe par un équilibre entre le corps, le mental et l’émotionnel. Quand nous explorons notre créativité, nous nous connectons à l’ensemble de notre être. De plus, lorsque nous créons, nous sécrétons différentes hormones qui agissent positivement sur notre bien-être et donc sur notre santé mentale, physique et émotionnelle. Enfin, la création permet souvent de mettre une distance entre le vécu et la personne. Quand nous sommes bloqués dans une situation vécue comme difficile, nous avons tendance à garder le nez collé au problème, à avoir le nez dans le guidon. Parfois, le simple fait de prendre du recul, de faire quelques pas en arrière, permet d’élargir le champ de vision, de changer de point de vue.

Comment se construit et se développe la créativité?

Certaines personnes disent qu’elles ne sont pas créatives... Cette croyance prend souvent racine dans l’enfance. Un enfant avant l’âge de huit ans est généralement dans la spontanéité quand il crée, il ne se préoccupe pas du regard de l’autre, il ne cherche pas à faire quelque chose de « beau ». Mais le monde autour de lui renvoie différents messages. Par exemple : « on n’a jamais vu une vache bleue », « ça ne ressemble pas à une maison », « tu ne peux pas dépasser les lignes ». Tous ces messages renvoient à des codes culturels, à des normes, à des critères d’esthétique. Petit à petit, l’enfant va tenter de correspondre à ces critères, souvent dans le but de plaire car il a besoin de se sentir reconnu et valorisé. Et c’est à partir de là que la créativité perd de son essor et que la spontanéité est atténuée.

Réveiller et travailler son esprit créatif

Heureusement, nous pouvons à tout moment dans notre vie réactiver cette part de créativité. Celle qui nous permet de nous reconnecter à nos rêves... Cela demande bien sûr d’oser expérimenter. Accepter de créer sans objectif de résultat. Créer du « non utilitaire ». Oser aller vers le jeu sans esprit de compétition, simplement pour être dans l’instant présent et le plaisir.

Il est bien sûr possible d’expérimenter la créativité tout seul, chez soi. C’est tout aussi possible dans un atelier, en groupe. De fait, pouvoir le vivre avec d’autres peut aider à « oser ». Attention toutefois de ne pas se comparer à d’autres. Limitons-nous à nous comparer à nous-même et observons notre évolution avec bienveillance. Dans un atelier d’expression et de créativité, aucune compétence artistique n’est requise. L’objectif n’est pas le souci esthétique (même s’il peut être présent) mais l’expression juste et authentique de la personne.

« Un atelier, c'est où l'on peut trouver son expression authentique,

Où l'on peut se donner la permission de se tromper,

Où l'on peut essayer tout simplement. »

Francis Bacon

Fonctionnement du cerveau et pensée créative

En  tant qu'être humain, nous avons plusieurs « moteurs », plusieurs « portes d'entrée » dans le monde. Trois chemins pour entrer en relation avec les autres et avec nous-mêmes également. Ces portes d'entrée sont :

En fonction de notre histoire, des messages reçus, des expériences vécues, nous avons développé et/ou privilégié l'une des trois portes, même si nous avons accès aux trois. Pour vivre plus en harmonie, il est pourtant enrichissant de se connecter à ces trois moteurs.

Dans le monde occidental, le mental occupe généralement une grande place et nous y avons accès assez facilement. Pour s'en rendre compte, il suffit d'écouter notre dialogue intérieur (la petite voix dans notre tête) : souvent très loquace pour bon nombre d'entre nous.

Notre système d’apprentissage favorise en fait le travail du cerveau gauche. Il s'agit du cerveau de la logique, de la raison, du langage, du rationnel... Pour la plupart d'entre nous, la partie droite du cerveau est souvent moins activée dans l’éducation : il s'agit du cerveau de la créativité, de l'imagination, de l'intuition... Celui qui nous permet de nous reconnecter à nos rêves et à nos élans. C’est aussi celui qui va favoriser la fixation des apprentissages et nous aider à trouver des solutions. Pour favoriser une vie équilibrée, il est important de faire fonctionner les deux cerveaux, et donc d’activer notre créativité.

L'imagination: outil de lâcher-prise

Nous entendons souvent parler de lâcher-prise dans notre quotidien où la course, le stress, l’angoisse peuvent être le lot de nombreuses personnes. Dégager un peu de temps pour se reconnecter à sa créativité est une façon d’accéder à ce lâcher-prise tant convoité. Il s’agit de prendre des petits et/ou grands moments pour créer en toute liberté, sans objectif de résultats, juste pour le plaisir. Il existe de nombreux modes d'expression pour se reconnecter et développer son potentiel créatif : le mouvement, le travail de la terre et de la matière, l’écriture, les arts plastiques, le mandala, la voix, le théâtre ...  Chacun peut expérimenter une ou plusieurs approches et trouver celle qui lui parle le plus.

Exercices d’ouverture à la "création "au quotidien

créativité

Avant de démarrer une activité créative, il peut être intéressant de commencer par un temps de relaxation pour s'autoriser à être dans l'instant présent et à favoriser le travail en pleine conscience, pour se reconnecter à son corps.

Exercice 1 : laisser place à votre imagination

Ce petit exercice peut être réalisé quotidiennement. Selon l'endroit où vous vous trouvez, vous pouvez le faire en position assis, debout, couché ou même en marchant (consultez également notre article solution dédié à la méditation).

Soyez bienveillant avec vous-même si vous ne faites pas tout à fait comme c'est décrit. L’important est d'être conscient, être dans l'instant présent. Allez-y progressivement, à votre rythme. Il n'y a pas de performance à atteindre, juste une expérience à vivre.

L’idéal est de fermer les yeux.

  •  Sentez les parties du corps qui sont en contact avec le sol (ex. : les pieds, vous pouvez imaginer qu'il y a des racines qui poussent sous vos pieds et que vous vous sentez relié à la terre), avec la chaise (prendre conscience du bassin, de l'arrière des cuisses posées sur la chaise ; peut-être percevoir les sensations : chaud – froid ; picotement ; dur-mou...). Juste observer sans jugement.
  •  Ensuite, portez votre attention sur votre respiration : juste sentir l'air qui entre et qui sort des narines, comme un mouvement de l'extérieur vers l'intérieur et de l'intérieur vers l'extérieur; simplement prendre conscience du mouvement de la respiration.
  •  Petit à petit, et si c'est possible pour vous, essayez d'amplifier légèrement cette respiration. En posant la main sur le ventre, imaginez que vous le gonflez comme un petit ballon à l'inspire.
  •  Et à l'expire, vous dégonflez le petit ballon en imaginant que votre corps se dépose un peu plus sur le sol, sur la chaise.

Vous le faites 2 à 3 fois puis vous revenez à votre rythme naturel de respiration. Quand vous serez bien détendu, vous pouvez laisser venir une couleur, une image, un son, une odeur, une sensation, une émotion, un mot... Et quand vous serez prêt, vous pourrez ouvrir les yeux, vous étirer, bailler et prendre un temps pour observer et accueillir l'instant présent (d’autres exercices de lâcher-prise ici ).

Selon votre envie, vous pouvez prendre un moment pour noter vos observations, vos sensations et/ou faire un dessin, un croquis, exprimer un son, chanter, réaliser un mouvement, danser… Simplement être à l'écoute de l'expérience vécue.

Exercice 2 : Se recentrer par le mandala

Depuis toujours, les hommes pratiquent l'art du MANDALA* comme moyen d'expression, de transformation et d'accomplissement personnel (*mandala signifie « cercle », et par extension, il désigne un diagramme rempli de signes et symboles). Cela peut être intéressant de démarrer avec des modèles plus structurés et évoluer progressivement vers des créations libres. Traditionnellement pour le coloriage du mandala : on part de l’extérieur vers l’intérieur pour se recentrer ; on commence par le centre si on a envie de s’ouvrir. Vous pourrez bien sûr y ajouter des éléments, des traits, selon votre envie et votre imagination. Laissez-vous guider par ce que vous ressentez. Pour vos mandalas, vous pouvez utiliser tous les moyens vous venant à l’esprit (crayons, peinture, collage …). L'idéal est d'être dans une pièce calme, accompagné éventuellement par une musique qui vous inspire.

Quand vous aurez terminé votre mandala, profitez d’un moment de réflexion au sujet de ce que vous avez créé. Vous pouvez par exemple vous poser ces questions :

  1.  Comment vous sentez-vous ? pendant la création et après ?
  2.  Trouvez la bonne orientation, le sens pour le regarder.
  3.  Donnez un titre, un nom.
  4.  En ce qui concerne les couleurs, les formes, les quantités, notez vos observations.
  5.  Choisissez un endroit dans le mandala où vous auriez envie de vous installer.
  6.  Vous pouvez aussi écrire un texte, une histoire.
  7.  Qu'est-ce que cette expérience vous a apporté ? Qu'avez-vous découvert ?

Marie-Jeanne Poncin, art-thérapeute

Vers www.mc.be/psy

mandala fleurmandala étoile

mandala vitrailmandala carré